Splendeurs et misères des Finlandais

Publié le par Sylvain

Autant la nation finlandaise manifeste tantôt d’incroyables talents et fait preuve d’une modernité remarquable, autant cette société affiche aussi de profonds maux qui l’affectent, les plus sombres et les plus primaires qui soient… Disserter sur la réussite et l’originalité finlandaise ne doit pas occulter cette face d’ombre d’un peuple et d’un pays. J’ai voulu ausculter « la Finlande à la loupe » autant que faire se pouvait à partir de mes humbles connaissances et de mon court mais riche vécu, et l’examen s’achève sur la note de ce contraste très singulier…

L’alcool, fléau national
Quel que soit leur niveau social, voire leur âge ou leur sexe, la plupart des Finlandais ont en commun de trouver leur réconfort et leur source de gaieté dans une denrée devenue onéreuse et très réglementée, mais toujours valeur d’osmose nationale, l’alcool. Un alcool bien souvent davantage chimique que festif ou gastronomique. Les Finlandais aiment la quête de l’ivresse, et sont fort indulgents vis à vis des ravages de l’alcool sur autrui. J’avais déjà disserté sur le rapport très singulier entre les Finlandais et l’alcool. Quand j’en viens à conclure sur les splendeurs et les misères des Finlandais, l’alcoolisme revient inévitablement. Certains y verront d’ailleurs une splendeur singulière dont ils ne sont pas peu fiers : les Finlandais, en virils et solides nordiques pourraient battre quiconque à la beuverie… Qui ne boirait pas ne serait pas vraiment finlandais… Faux. Il en existe qui osent déplorer le hobby national et le récuser jusqu’à s’abstenir eux mêmes de la moindre goutte d’alcool. Statistiquement, l’alcool serait naturellement plutôt à classer dans les misères des Finlandais, à juger la proportion d’entre eux qui mourront d’avoir trop levé le coude… Les Finlandais sont extrêmement modernes semble t’il, mais l’alcoolisme de beaucoup d’entre eux ne peux qu’obscurcir largement ce beau constat.

Petits suicides en Finlande
« Les plus redoutables ennemis des Finlandais sont la mélancolie, la tristesse, l’apathie. Une insondable lassitude plane sur ce malheureux peuple et le courbe depuis des milliers d’années sous son joug, forçant son âme à la noirceur et à la gravité. Le poids du pessimisme est tel que beaucoup voient dans la mort le seul remède à leur angoisse. Le spleen est un adversaire plus impitoyable que l’Union soviétique. »
Entre ironie, cynisme et gravité, ce constat sur lequel s’ouvre le livre de Arto Paasilinna Petits suicides entre amis révèle crûment mais justement une véritable réalité. Le tableau peint avec humour et légèreté dans ce livre est pourtant bien le reflet d’une réalité triste et grave. La Finlande, « pays du suicide », doit paradoxalement cette funeste réputation aux «vingt-cinq glorieuses» (1965-1990), période au cours de laquelle elle a réalisé tardivement et à marche forcée son urbanisation et la modernisation de son économie. Toutefois, le nombre de morts volontaires a largement diminué depuis le début des années 1990. La Finlande se trouve même désormais au même niveau que la plupart des autres pays européens comme la France. Depuis 1991, les autorités finlandaises ont aussi mené à l'école des campagnes d'informations auprès des jeunes. Le suicide reste cependant la 1ère cause de mortalité chez les 20-34 ans. Le suicidaire le plus fréquent est un homme, jeune. En Finlande comme à l'étranger, l'imaginaire populaire - alimenté par de nombreux artistes dont Paasilinna - a très longtemps associé cette macabre pratique à des conditions de vie difficiles, à savoir le froid, la nuit, voire l'isolement. Mais les principales causes de suicide seraient en réalité le chômage et la dépendance à l'alcool, alors que contrairement aux idées reçues l'environnement naturel n'aurait pas d'incidence sur les comportements.

Chasse, pêche, et traditions de la nature
On dit les Finlandais très proches de la nature. C’est une réalité. Le mode de vie finlandais est très tourné vers la nature et sa protection. Pourtant, il convient de remarquer aussi que les Finlandais ne sauraient aimer et protéger la nature sans dans le même temps se montrer souvent très agressifs à son égard. Que dire du commerce de la fourrure qui fleurit dans ce pays riche en faune en épais manteau ? Pour nombre de Finlandais, amour de la nature ne rime t’il pas avant tout avec chasse ? La popularité de la chasse se conjugue d’ailleurs avec des procédés parfois très cruels. Entre écolos modernes et prédateurs des forêts, les Finlandais sont très proches de la nature souvent pour le meilleur et parfois pour le pire…

Crimes et sentiments
En Finlande, malgré le haut pourcentage de possesseurs d’armes à feu, les crimes par balle restent rares. Par ailleurs, dans la plupart des cas l'alcool est directement impliqué dans les tentatives de meurtres. C’est la popularité de la chasse qui explique en fait cet armement des Finlandais. La Finlande s’illustre donc par un taux de criminalité extrêmement faible, ce qui en fait un pays très sûr. Pourtant, la haine et la violence ne sont pas étrangères en Finlande. Les Finlandais cultivent parfois des mentalités intolérantes et méfiantes, qui par civisme et par lâcheté manquent de se transformer en actes criminels. Mais le racisme et la haine de l’autre sont des sentiments rencontrés en Finlande comme ailleurs, il faut bien le reconnaître. Cette population très homogène ne sera pas forcément accueillante à l’égard de couleurs de peaux ou de pratiques venues d’ailleurs…

Le manque de confiance en lui d’un peuple talentueux
Ce que je retiendrai au final, au delà de ces opinions mitigées et contrastées et de ces conclusions qui tendent, plus qu’à me faire dire du mal des Finlandais, à dresser le tableau d’un peuple imparfait et après tout ressemblant à tous les autres, c’est l’étonnante discrétion et humilité d’un peuple qui a pourtant triomphé de beaucoup de choses… De son histoire souvent parasitée par les appétits voisins et les injustices des drames de l’Histoire à son climat hostile et sa situation isolée, la Finlande ne partait pas avec les meilleurs atouts parmi les nations. Pourtant, les Finlandais ont su triompher en douceur de tout cela et même rattraper à grande vitesse ces dernières années un important retard de développement. La Finlande, c’est ce petit pays qui a souvent réussi à se hisser parmi les premiers, comme dans le secteur en vue de la téléphonie mobile, où Nokia est toujours la première multinationale. Quand les Finlandais doutent de leur avenir, c’est qu’il ne savent pas admirer les réussites du passé. Au chaud dans son sauna, le peuple finlandais rêve d’ailleurs et d’émancipation. Pourtant, il faut bien dire que rares sont les nations qui ont su se révéler si libres et talentueuses…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

amar 01/02/2015 00:29

bravo c'est combien vrai!