Ode à la mobilité étudiante

Publié le par Sylvain

Ces temps-ci, je vis mes derniers jours dans la peau de l’étudiant international, l’ « exchange student », l’ « erasmus », plus communément. Et déjà, régulièrement, d’autres étudiants que je ne connais pas me contactent, depuis la France. Ils veulent savoir si Rovaniemi est une « bonne destination », si mon année s’est bien passée, etc., et avant tout répondre à tous ces petits tourments d’avant-aventure qui les agitent, eux, futurs « erasmus » ! La mobilité étudiante est ainsi un va-et-vient d’étudiants de tous pays, et dans tous les pays. Pour partir, et ensuite revenir si différent, des solutions de plus en plus nombreuses sont offertes…

Comment partir ?
Le programme Erasmus est sans doute le plus connu et le plus populaire. C’est en tout cas une réussite indéniable de la Commission européenne, à Bruxelles, qui l’administre. Le point fort de ce programme européen est qu’il prévoit une bourse conséquente et de grandes facilités administratives. Chaque étudiant, qui peut en bénéficier une fois dans son parcours, reçoit une somme d’argent variable selon la destination et le pays d’origine. En France, les bourses varient même notablement selon les régions. L’Europe tient dans cette réussite une belle réalisation forte en symboles. Erasmus tire d’ailleurs son nom de celui de l’humaniste et voyageur néerlandais de la Renaissance, Erasme. Lancé en 1987 après beaucoup d’hésitations notamment françaises, il connaît depuis un succès croissant et s’affirme aujourd’hui comme l’une des réalisations essentielles de l’Europe politique en construction depuis un demi siècle. Tous les domaines d’études sont concernés par le programme, et la totalité des universités et une large partie des autres établissements d’enseignement supérieur y participent. Désormais, près de 150 000 étudiants chaque année sont ainsi en mobilité en Europe. Erasmus est devenue une sorte de label à connotation de réussite et d’ouverture d’esprit, qui profite à ceux qui ont expérimenté le programme. Le cadre du programme Erasmus est de surcroît étendu également aux enseignants. Le succès d’Erasmus a donné lieu à des versions spécialisées du programme, tel le programme Léonardo Da Vinci pour l’enseignement et la formation professionnelle, ou Grundtvig pour la formation des adultes… Quant à Erasmus Mundus, ce programme expérimenté depuis 2004 présente la particularité de concerner tous les pays européens mais aussi tous les autres pays du monde. Enfin, il existe aussi pour partir le cadre d’accords bilatéraux entre universités. Cette formule s’applique notamment pour les départs vers les autres continents, tels l’Amérique du nord et l’Amérique latine, ou encore l’Asie et l’Australie.

Où partir ?
Le programme Erasmus est avant tout un programme européen, c’est vrai. Mais c’est à une Europe au sens large qu’il s’applique. En matière d’éducation, les dirigeants semblent avoir eu l’intelligence et l’audace d’étendre au maximum le rayonnement européen. Ainsi, outre tous les pays de l’Union européenne, Erasmus concerne la Turquie, la Suisse, l’Islande et la Norvège. De nombreuses autres formes d’accords (accords de voisinage, accords de coopération…) qui permettent une grande mobilité depuis et vers la Russie, les pays asiatiques ou encore l’Afrique.

Pour plus d’informations :
http://www.europe-education-formation.fr


Ce blog tout entier est devenu je crois une ode à la mobilité étudiante… Je ne saurais résumer le message en un article. Voici ici les modalités pour partir ; quant aux raisons de partir, chaque lecteur potentiel partant pourra les trouver aux détours de chacun de mes récits et anecdotes, j’en suis sûr !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article