Echanges de professeurs

Publié le par Sylvain

En tant qu’étudiant international, je suis amené à découvrir de plus près certaines pratiques du monde universitaire.

Va-et-vient international

La dimension internationale que souhaite développer la University of Lapland – à l’instar de toutes les universités du monde sans doute – passe certes par les échanges d’étudiants. Ainsi sont accueillis chaque année de nombreux étudiants étrangers, tandis que dans le même temps des étudiants de Rovaniemi partent dans une université étrangère, souvent parmi celles d’où les étudiants étrangers présents ici viennent – contrat d’échange bilatéral oblige.

Mais cette ouverture internationale est aussi complétée par des échanges de professeurs, pas aussi formels que pour les étudiants, la plupart du temps. Ainsi, beaucoup de professeurs partent de temps en temps pour quelques jours quelque part dans le monde pour y tenir une conférence ou participer à un séminaire… Certains prennent même des habitudes : cette semaine l’université reçoit comme les années précédentes un professeur anglais venant donner sa désormais célèbre conférence « Legal Writing ». Et certains partent carrément une année entière ou plusieurs mois d’affilée. C’est le cas par exemple d’un des professeurs réputés de la University of Lapland, que nous ne verrons pas cette année car il enseigne actuellement à New York…

Invitée italienne

Le début de l’année universitaire a notamment été marqué par la venue, en tant que professeur invitée, d’une professeur italienne. Venue de l’université de Insubria, dans la région de Milan, cette experte en droit criminel – notamment auprès d’une cour de Milan – venait présenter une conférence intitulée « Restorative Justice ». Le sujet, pour faire court (j’ai déjà un résumé de quatre pages à fournir !), est la façon dont la justice peut réparer la souffrance et le préjudice d’une victime d’un crime, mais aussi tenter une réhabilitation du criminel, en l’associant par exemple à la démarche de réparation de la victime… Bref, tout cela est très juridique, mais suscite beaucoup de réflexions passionnantes et infinies sur le rapport criminel/victime, sur le rôle de la justice, etc.

La dimension internationale et cosmopolite de la conférence était très nette : 20 étudiants finlandais, 22 étrangers... Et cette conférence était en tout cas en guise d’hors d’œuvre dans mon semestre universitaire : ma réelle rentrée – et surtout celle de mes méninges – était ma présence à cette conférence, organisée à la mi-septembre. Maintenant, les choses sérieuses ont atteint presque un rythme de croisière, mais je reste le maître de ce rythme… J’en reparlerai.

Commenter cet article