J4. Destination Ivalo : retour en Finlande

Publié le par Sylvain

A présent, le moment fort du voyage est probablement derrière nous, avec ce passage à Nordkapp. Mais nous avons encore près de deux jours devant nous, distance pour regagner Rovaniemi oblige. Malgré la fatigue accumulée, nous avons bien l’intention de profiter de cette fin de voyage et des dernières curiosités à voir sur notre route !

Karasjok, capitale des Saami

Après une heure de route à travers des paysages toujours aussi vallonnés et désertiques, nous arrivons à Karasjok, réputée être la capitale des Saami, cette ethnie essentiellement implantée en Laponie finlandaise mais aussi dans le nord de la Norvège et le nord-est de la Suède. Nous visitons le musée Saami – nous sommes les seuls visiteurs. Des objets traditionnels, des photos, des objets d’arts, …, sont exposés.

Après un pique nique, nous faisons halte dans le « centre » de Karasjok, autrement dit le parking du supermarché ! Les filles repartent en expédition shopping dans ce dernier commerce que nous voyons en Norvège. Parmi les gens qui viennent faire leurs courses, une réelle atmosphère nordique, à commencer par l’accoutrement de beaucoup de personnes en costumes saamis ! Et puis Sofia nous témoigne que la langue utilisée ici est quasiment exclusivement le dialecte saami.

Les retrouvailles d’Inari

Peu après avoir quitter Karasjok, nous franchissons la frontière finlandaise, et donc celle de l’Union européenne ! La frontière semble aussi concerner les paysages, qui redeviennent peu à peu moins vallonnés mais de plus en plus forestiers – essentiellement des forêts de conifères – avec de plus en plus de points d’eau. Bref, digne retour en Finlande ! Nous continuons à rouler jusqu’à Inari, où une pause s’impose, d’abord pour donner à boire à la voiture, et ensuite pour nous dégourdir les jambes sur un de ces circuits forestiers pour piétons si faciles à trouver en Finlande.

Là, nous rencontrons brièvement un groupe d’étudiants étrangers de Rovaniemi en excursion organisée par l’université ! Les pauvres semblent éreintés par la randonnée de 10 kilomètres qu’ils viennent de faire dans la forêt d’Inari… Mais nous ne devons pas sembler très frais nous non plus ! Après cela, nous partons à notre tour à travers les bois, même si nous rebrousserons chemin bien avant le dixième kilomètre !

Take care of reindeers !

Dans le secteur, il est nécessaire de conduire très attentivement car les traversées de gros animaux – comme nous le rappelle la signalisation – sont très fréquentes dans ces forêts lapones. Nous voyons souvent des rennes, parfois en train de traverser la route paisiblement quand nous passons… J’ai aussi distingué – à une seule reprise – un élan femelle en train de se restaurer en lisière de forêt à quelques mètres de la route. La nuit venue, les précautions doivent encore être accrues !

De la vapeur à la fumée

Après notre excursion à Inari à nous, route vers le cottage réservé pour la nuit, près d’Ivalo, à une trentaine de kilomètres de là. Une nouvelle fois, en arrivant au camping nous avons bien l’impression d’être les seuls vacanciers ! Mais qu’importe, puisque quelqu’un est présent à l’accueil pour nous accueillir. Le cottage est spacieux et bien équipé. Après l’ultime dîner de pâtes du voyage, nous entreprenons de mettre en marche le sauna. Pas évident, mais la température finit par enfin grimper, et nous voilà tous dans le sauna ! Après cela, Anna nous prépare un bon petit feu de cheminée. Ce n’est pas seulement un repas mais une atmosphère au feu de bois que nous avons dans tout le cottage, tant le système de ventilation est capricieux ! Après la dégustation des saucisses, il s’agit de remplacer la fumée par de l’air respirable... Trop tard, nos vêtements et toutes nos affaires porteront les stigmates olfactifs de la mésaventure !

Publié dans Carnets de voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article