Dur dilemme

Publié le par Sylvain

Je l’évoquais, je me suis porté candidat à un job de guide francophone pour le compte d’une compagnie de safari de Rovaniemi. Depuis hier, avec, quelques jours après un entretien, la réponse positive de la compagnie, cette probabilité s’est transformée en dilemme. Devrai je sacrifier mes vacances en France à Noël pour honorer une opportunité professionnelle saisonnière en Finlande ?

L’opportunité d’une expérience intéressante

Devenir, le temps d’une saison, à fréquence plus ou moins régulière selon mes disponibilités et le nombre de missions proposées, guide auprès des touristes francophones venant découvrir Rovaniemi et la Laponie, a tout d’un défi excitant et valorisant. C’est l’occasion d’acquérir une expérience professionnelle originale de plus, de renflouer ma trésorerie personnelle, et de compléter d’un tel vécu le bilan de mon année dans le grand nord. Mais surtout, c’est une magnifique opportunité de découvrir encore davantage et sous un autre angle cette région, cette ville, cette culture. Ce rôle d’ambassadeur de mon environnement hôte auprès de mes compatriotes touristes que j’imagine me donne très envie de le jouer. Ce projet est véritablement alléchant, même avec tous les efforts et les aléas qu’il implique. Refuser ce job, ce serait gâcher cette opportunité que j’ai de m’enrichir à bien plus qu’un sens.

La perspective de retrouvailles réjouissantes

Mais accepter ce job, ce serait aussi accepter de passer les fêtes de fin d’année loin de mes proches, contrairement à ce que je leur avais laissé entendre depuis le départ de l’aventure… C’est pour cela qu’il y a dilemme. Ce projet vient nécessairement compromettre mon projet plus ancien de rentrer en France fin décembre pour faire une halte dans cette aventure d’une année, et passer les fêtes de fin d’année en famille. Cette période est précisément celle à laquelle ma mission de guide serait la plus intense, si j’accepte le job. C’est à ce moment que de pleins avions de touristes – en bonne part français – atterrissent chaque jour à Rovaniemi. Renoncer à ces vacances en France, c’est assumer de rester six mois d’affilée ici, sachant que je pourrai sans doute alors envisager un retour début mars, avant de revenir pour la dernière ligne droite de l’aventure.

Le dilemme semble se résumer ainsi : dois je préférer aller en vacances dans mon pays d’origine, ou accueillir les vacanciers de mon pays d’origine dans mon pays d’accueil ?

Publié dans Projets en vue

Commenter cet article

Antoine 23/11/2006 18:40

Profite un max mon grand, mais si tu reviens, ya interet à venir nous voir !