Yes, I can speak english !

Publié le par Sylvain

Parler l’anglais devient spontané pour moi ici, même si je sens bien sûr que je fais souvent des erreurs et que le vocabulaire adéquat me manque parfois. Mais je me sens réellement plongé dans cette atmosphère où l’anglais est utilisé en permanence, donc c’est tout à fait naturel d’écouter des discours et de participer à des conversations en anglais. A vrai dire, quand c’est ainsi la norme, on ne réalise même plus que la conversation est dans une langue étrangère !

L’anglais, la norme ? A l’université, oui on peut le dire, en ce sens que je ne fréquente que les cours donnés en anglais, et que les Finlandais (étudiants et personnel) fréquentant ce lieu parlent de toute façon dans leur très grande majorité l’anglais, et le plus souvent excellemment. Ensuite, dans la communauté Erasmus, il ne fait là aucun doute que l’usage de l’anglais est la norme. Seuls les Polonais et les Espagnols ont, me semble t’il, une fâcheuse tendance à communiquer largement dans leur langue natale. Les Français aussi, mais dans une moindre mesure, en ce sens que nous faisons l’effort de parler anglais dès qu’un non francophone est intégré à la conversation. Dans l’ensemble, la maîtrise de l’anglais par les étudiants étrangers est très bonne, j’y reviendrai plus en détails…

Quand je suis dans des endroits où le langage utilisé est le finnois, c’est une autre histoire ! En effet, après trois mois passés ici, je suis presque aussi inculte dans la compréhension et le parler du finnois qu’à mon arrivée. Une preuve d’ailleurs que, contrairement à en France, on survit sans souci ici sans parler la langue nationale ! En effet, heureusement pour moi – mais c’est aussi ce qui entretien ma fainéantise de me lancer dans l’apprentissage du finnois – la plupart des Finlandais comprennent et parlent l’anglais, comme je l’avais déjà évoqué.

Finalement ici je suis placé dans un triangle de trois langages. Le français, ma langue maternelle, et que j’utilise naturellement la plupart du temps avec mes compatriotes ici. Le finnois, la langue locale que je ne parle pas et ne comprends pas, et en revanche la langue parfois unique de certains de mes interlocuteurs (commerçants…). Et puis l’anglais, qui sert à faire le trait d’union… L’anglais est finalement ma principale langue ici, puisqu’elle me permet de combler autant que faire se peut mes lacunes de finnois, et surtout de communiquer avec mon entourage essentiellement international !

Publié dans Ma vie en Laponie

Commenter cet article