Nuit polaire : symptômes et remèdes

Publié le par Sylvain

C’est une réalité, depuis plusieurs semaines les jours raccourcissent à une vitesse impressionnante. La nuit tombe désormais aux alentours de 14 heures, et nous ne sommes pas au bout du déclin lumineux ! Alors c’est toute une façon de vivre qui se réorganise…

Sommeil ou soleil, il faut choisir

Pas toujours facile de se lever de bonne heure quand on est étudiant Erasmus… Mais pas facile non plus de réaliser en ouvrant ses rideaux que la nuit tombe déjà tandis que vous sortez à peine du lit ! Alors dans l’idéal il faudrait faire comme les Finlandais, se lever tôt pour engranger les rayons du soleil à l’heure où ils sont là. L’obscurité a au moins un effet satisfaisant : parfois, même si la nuit tombe, la journée ne fait en fait que commencer !

Besoin de vitamine ?

Le soleil finit par manquer à notre organisme, et produit un drôle d’état de fatigue… Bien sûr, plus que jamais c’est difficile de sortir du lit le matin. Et puis par moment des envies subites de dormir vous prennent par surprise. Comment y résister et comment garder le moral et la bonne humeur ? D’abord en ne cédant pas à l’appel de la nonchalance ! Mieux vaut vivre fatigué mais très occupé par des activités diverses. C’est le point de vue psychologique ; du point de vue physiologique, pour le moment je n’en suis pas encore à absorber des vitamines… Fruits et café semblent maintenir état de santé et état d’éveil…

Les ténèbres du civisme éclairé

Sur les pistes cyclables, être éclairé est obligatoire, sous peine d’être interpellé par les forces de police ; et dans ce genre de cas, le coup du petit étranger pommé ne marche qu’une fois… Alors, en plein élan de civisme, j’ai fait l’acquisition d’une jolie lampe frontale qui pourra m’éclairer à vélo, ou même sur les pistes de ski… Il faudra juste prendre l’habitude de penser à l’enlever en entrant dans un bâtiment. Quand on réalise en passant à la caisse d’un supermarché qu’on vient de faire toutes ses courses avec une lampe de mineur allumée au front, on se sent un peu bête ! C’est du vécu !

Commenter cet article