Histoire de Rovaniemi

Publié le par Sylvain

Nouvelle "fiche pour guide", à connotation historique cette fois !

Si le développement – et dans une certaine mesure l’essor – de Rovaniemi est récent, et influencé – sinon causé – par les bouleversements radicaux de la Seconde Guerre mondiale, l’implantation de la ville est ancienne…

Sur les traces des origines du lieu

L’histoire de la ville est vieille de près de 3000 ans. Les archéologues ont en tout cas mis à jour les vestiges d’un foyer de peuplement très ancien, datant de 750 avant JC. Les historiens estiment même que le site a probablement été habité en continu depuis l'Âge de la pierre

Quant au nom, il est mentionné pour la première fois dans un texte suédois rédigé en l'an 1453. On sait aussi que Rovaniemi abrita une paroisse autonome dès 1785.

Le développement de la ville ne décolle véritablement qu’au XIXe siècle, quand Rovaniemi voit l'arrivée de nombreux migrants, attirés par les promesses du grand Nord en terme de matières premières, notamment le bois et l'or.

Le choc de la Seconde Guerre Mondiale

La croissance de la ville est violemment interrompue lors de la Guerre de Laponie, entre la Finlande et l'Allemagne, de septembre 1944 à avril 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale

La Finlande avait conclu, le 1er octobre 1940, un accord de coopération économique et militaire avec l'Allemagne, qui permettait aux troupes du Reich de stationner sur le territoire finlandais. Pendant l'été 1943 le haut commandement allemand se prépare à une paix séparée entre la Finlande et l’URSS. Il déplace ses troupes au nord afin de protéger les mines de nickel près de Petsamo (Russie). Pendant l'hiver 1943-1944, les Allemands améliorent les routes entre le nord de la Norvège et la Finlande et accumulent des stocks de matériel, afin d’être prêts à défendre leurs positions.

En dépit de tentatives bilatérales pour parvenir à un retrait pacifique des troupes allemandes, des combats éclatent entre forces allemandes et finlandaises avant même la conclusion du traité de paix URSS – Finlande (signé en septembre 1944). Les combats s'intensifient après l'exigence soviétique de voir toutes les troupes allemandes expulsées de Finlande. Les Finlandais sont ainsi placés dans une situation semblable à celle des Italiens et des Roumains : après s'être rendus aux Alliés, ils doivent combattre pour libérer leur territoire des forces allemandes.

Dès novembre 1944, la majeure partie de la Laponie est libérée. Les dernières troupes allemandes sont expulsées en avril 1945. Cependant les forces allemandes ont appliqué la politique dite de la terre brûlée lors de leur retraite… Plus d'un tiers des habitations de la région ont été détruites, et environ 100 000 personnes sont devenues des réfugiés. Un millier de Finlandais et le double d’Allemands périrent durant cette guerre. A Rovaniemi, la capitale lapone, plus de 90% des bâtiments ont été incendiés, et la ville est globalement réduite en ruines…

L’architecture de la reconstruction

La reconstruction, commencée en 1946, est très ambitieuse. Elle s'effectue selon le plan d'urbanisme de l'architecte Alvar Aalto, le maître de l'architecture innovante et du design finlandais, qui donne à la ville une unité architecturale assez unique en Finlande.

Aalto dessina la ville en forme de bois de rennes (l'évidence du symbole n'est appréciable qu'en vue aérienne). Il affirme une volonté d'éviter le quadrillage de la plupart des villes contemporaines. Cette architecture est un ensemble, un état d'esprit : utilisation des courbes en volumes, angles droits évités, captation de la lumière, ouvertures fonction d'un objectif extérieur, recherche de lien permanent avec la nature...

Aujourd'hui l’engouement ancien pour Rovaniemi s’est décuplé avec l’essor du tourisme arctique, au départ de Rovaniemi, porte et base d'équipement de la Laponie finlandaise. La capitale lapone présente aussi d’autres aspects dynamiques, mais souffre aussi de graves déséquilibres, j’en reparlerai très bientôt…

Commenter cet article