Flots de touristes

Publié le par Sylvain

Depuis une semaine environ, c’est littéralement des flots de touristes qui débarquent à Rovaniemi… Cela change pour le moins l’atmosphère de la ville. Et la pointe touristique reste à venir… Prêts ?

Des indices qui ne trompent pas…

Le changement est d’abord sonore et atmosphérique. En temps ordinaire, il arrive à certaines heures du jour d’entendre, de voir et de ressentir le décollage des avions. Depuis quelques jours, la fréquence journalière de ces nuisances relatives s’est considérablement accrue, surtout le week-end. Bon, Rovaniemi n’a toujours rien à envier à Gonesse… Mais ce bruit incessant est le symbole du début de la saison hautement touristique ici.

Au sol, et plus précisément sur les chaussées des rues de Rovaniemi, l’agitation inhabituelle se retrouve aussi. A toute heure, la circulation automobile s’est densifiée, essentiellement compte tenu du grand nombre de taxis qui arpentent les rues de la capitale lapone. Des autocars aussi…

Et puis, vu d’encore plus près, la nature du phénomène ne fait plus aucun doute. Les trottoirs eux aussi sont de plus en plus passagers. Une foule à l’apparence nouvelle – de drôles d’uniformes de type côte de ski tous identiques aux couleurs de la compagnie de safari hôte de tout ce petit monde - se presse, errant entre magasins de souvenirs et hôtels et autres bars. Et là aussi tendre l’oreille constitue une première appréciation de la nouvelle donne. Venus du Sud, ces premiers touristes, il ne fait guère de doute ! Ils sont repérables à l’œil nu et de loin rien qu’à leur démarche ou leurs éclats de voix, qui rompent avec la tranquillité et la discrétion des Finlandais (du moins tant qu’ils sont sobres…). La première vague semble majoritairement latine (Italie et Espagne ont les ambassadeurs les plus nombreux), en tout cas c’est ce qui se laisse entendre !

Les enjeux de l’invasion

Ces masses - et leurs bruits en tout genre - qui débarquent ainsi pourraient sembler hostiles si elles n’amenaient pas avec elles ce dont la ville a besoin, du dynamisme économique. Le tourisme, essentiellement dans cette période de Noël, est devenu depuis quelques années un ressort majeur pour cette région et pour cette ville. Hôtels, agences touristiques, restaurants, commerces, etc., deviennent autant de viviers d’emplois pour cette zone fortement touchée par le chômage…

Et puis ce début de saison touristique a aussi pour moi un intérêt – économique lui aussi, mais pas seulement – puisque c’est aussi les prémisses du début de ma saison de guide touristique. Dans quelques jours je devrais être en plein travail, du moins espérons le ! Les Français ne sont pas encore arrivés en masse. Claudio, mon colocataire et par ailleurs collègue guide, lui, est depuis quelques jours fortement sollicité pour l’accompagnement de groupes d’italiens au zoo de Ranua, à la ferme des rennes, etc. Pour ma part, je devrais commencer les choses concrètes samedi soir, en officiant comme chauffeur pour un groupe de russes qui ira tenter d’observer les aurores boréales...

Commenter cet article