Ski de printemps

Publié le par Sylvain

Depuis novembre, je suis assidu autant que je peux aux pistes de ski d’Ounasvaara, à une vingtaine de minutes de vélo de chez moi. En décembre, les conditions n’étaient pas parfaites, puisque l’enneigement a vraiment été de qualité qu’à partir de début janvier.

En janvier et février, les sorties ski se sont multipliées, mais dans des conditions glaciales et sombres. Bref, seuls les plus modus s’y sont vraiment frottés ! Clin d’œil à Katy, d’abord, mais aussi à Fiona, Adam, Peter, Laura, Loïc, Norbert, Miguel, Cieon… Difficile toutefois de rester plus de deux heures sur les pistes quand il faisait moins de -20°C !

Les conditions sont devenues parfaites au mois de mars, alliant soleil, clarté, bonne neige et températures plus douces, et l’on a vu de nouveaux amateurs débarquer sur les pistes… Je pense notamment à nos chers Espagnols, qui ont à ce moment là vaincu leur frilosité naturelle et trouvé le courage de venir pratiquer la glisse ! Plusieurs membres de la communauté Erasmus ont aussi effectué à cette saison leurs premières glissades, avec plus ou moins de talent… N’est ce pas Melanie, Robin, Spyridula, Sandra ! Pour les guider, d’autres ont usé leur patience, à commencer par Juan Fra, grand champion en la matière et officiellement entraîneur d’une équipe junior du sud de l’Espagne ! Un dimanche ensoleillé de mars, les pistes d’Ounasvaara ont même accueilli une trentaine d’Erasmus, et Kuntotie semblait délocalisée le temps d’une journée !

Mais l’hiver a été plus court qu’à l’accoutumée en Laponie finlandaise. Les pistes d’Ounasvaara étaient censées rester ouvertes jusqu’à la fin de ce mois d’avril. Or, la dégradation de l’enneigement et la forte baisse de fréquentation ont conduit les responsables de la station à en fermer les portes plus tôt que prévu, ce dimanche. Tant pis pour moi qui comptais bien rechausser les skis plusieurs fois de retour de mon voyage, et pour tous ceux d’entre nous qui auraient bien aimé renouveler l’expérience de la journée glisse…

Publié dans Ma vie en Laponie

Commenter cet article